Effectuer une recherche sur le site

Exploiter le potentiel des données du territoire

Les données d’un territoire, qu’elles soient produites par les délégataires de services publics ou générées par la puissance publique elle-même, représentent une nouvelle richesse pour la collectivité, dont l’influence sur les politiques publiques est croissante.

En effet, les données et leurs croisements, ainsi que leur analyse grâce à la science des données (data science), procurent des connaissances nouvelles qui permettent d’éclairer les politiques publiques et de développer de nouveaux services à la population.

Dessin de personnages devant des ordinateurs, et partageant des données

Ainsi, pour valoriser les données de leur territoire et conserver la maîtrise de leur stratégie sur le long terme, les collectivités ont intérêt à veiller à leur souveraineté numérique, en s’assurant notamment un accès pérenne aux données. Pour ce faire, elles disposent de trois types d’outils :

  • Outils juridiques : la loi pour une République numérique généralise l’ouverture des données publiques et celles des entreprises qui exercent une mission de service public dans le champ concurrentiel (open data) ;

  • Outils contractuels : des clauses spécifiques peuvent être insérées dans les contrats avec les entreprises délégataires ou partenaires pour assurer la transmission des données ;

  • Outils incitatifs : au-delà de l’open data et des relations contractuelles, des démarches incitatives d’innovation ouverte (open innovation) peuvent être mises en place par la puissance publique, au sein desquelles des acteurs tiers alimentent volontairement un pot commun de données, géré de manière partenariale, dans le but de multiplier les possibilités de croisement et de création de valeur.

Les missions liées à la gestion et à la valorisation des données peuvent être confiées à un administrateur général des données (Chief Data Officer), lorsque cette fonction existe, qui pourra s’adjoindre des compétences en science de la donnée (data scientist).

Retour d'expérience

L'utilisation de données libres par la Communauté de communes du Pays Réuni d’Orange

 

OpenStreetMap est un projet cartographique participatif, dont les données sont fournies par des contributeurs bénévoles dans le monde entier. La carte est fiable et de qualité. Aussi, cette initiative citoyenne est utilisée et soutenue par des collectivités comme la Communauté de communes du Pays Réuni d’Orange (CCPRO), qui en fait différentes utilisations :

  • OpenStreetMap constitue la base de données pour l’ensemble des métiers de la collectivité ;

  • Ses données constituent le fond de plan du Web SIG interne (qui permet de suivre les investissements sur la voirie par exemple) ;

  • La collectivité contribue à OpenStreetMap, par exemple sur les commerces (adresse, vacance, etc.), les informations pouvant ensuite être complétées et mises à jour par d’autres contributeurs ;

  • C'est via cet outil que la CCPRO diffuse des cartes en ligne, comme sur les points d’apport volontaires (image ci-dessous).

 

Copie d'écran de la carte des points d'apport volontaires de la communauté de communes du pays réuni d'Orange