Effectuer une recherche sur le site

Créer des tiers-lieux

Les tiers lieux accompagnent l’émergence de l’auto-entrepreneuriat, du travail indépendant, du télétravail, de l’auto-production (Do It Yourself) et plus largement de l’économie collaborative sur un territoire, ces phénomènes s’appuyant fortement sur le développement des usages du numérique.

Le terme peut désigner des espaces très différents, mais qui répondent au même enjeu social de réunir des acteurs d’horizons divers pour réfléchir, échanger, apprendre ou produire en dehors des cadres habituels.

Dessin d'un lab, avec des personnages travaillant en créativité et intelligence collective.
  • Les espaces de co-working : espaces de travail partagés offrant un lieu de socialisation, d’échange et d’ouverture pour des travailleurs isolés ;

  • Les espaces de médiation : espaces proposant des accès à Internet ainsi qu’un accompagnement collectif ou personnalisé à l’usage des nouvelles technologies ;

  • Les makerspaces : lieux d’échanges de ressources et de savoirs, équipés d’outils en partage pour du prototypage rapide (imprimante 3D, etc.) ;

  • Les fablabs : makerspaces encadrés par une charte de gouvernance spécifique et disposant d’un inventaire minimal d’outils, réunis au sein d’un réseau mondial destiné au partage de biens communs informationnels ;

  • Les living labs : lieux permettant aux usagers de tester et de participer à l’émergence de services numériques innovants.

Les tiers lieux peuvent émerger d’initiatives privées, soutenues ou non par la puissance publique locale, ou être directement créés par cette dernière. La réussite dans le temps long d’un tiers lieu repose sur la qualité du réseau d’acteurs qui s’y développe, ce qui implique que la puissance publique respecte les valeurs de l’économie collaborative telles que l’horizontalité des relations, le partage d’informations et la confiance.

Références

 

Retour d'expérience (vidéo)

Un tiers lieux à Saint-Laurent

 

A la fermeture d'un café multiservice, le maire de Saint-Laurent (Lot-et-Garonne) a souhaité maintenir une activité dans sa commune. L'opportunité de l'arrivée d'un jeune informaticien, de retour au village, a permis de transformer ce local en tiers-lieu. Lieu de convivialité pour la jeunesse locale, l'endroit est également devenu un espace de médiation numérique pour accompagner la dématérialisation et l'éducation à Internet. Cela s'est fait grâce au soutien d'un cluster de Nouvelle Aquitaine.