FttE (fibre jusqu'à l'entreprise)

Derrière l’acronyme FttE (fiber to the enterprise), il y a une architecture et une problématique de maintenabilité et donc de qualité de service.

L’architecture est basique : à travers le réseau déployé par un opérateur d’infrastructure FttH, l’opérateur commercial relie une entreprise par une fibre optique de bout en bout. On est donc en présence d’une fibre dédiée sur un réseau mutualisé, à la différence du FttO qui est une fibre dédiée sur un réseau dédié.

Malgré une réglementation qui permet à un opérateur commercial de proposer des liaisons optiques partagées (technologie PON), …

 

 

… ou réservée à un seul usager (P2P), …

… les offres pour le grand public sont peu ou prou toutes en technologie PON. La liaison en P2P sera donc réservée aux entreprises.

 

La différence se joue au point de mutualisation (l’armoire de rue ou en pied d’immeuble) dans lequel au lieu de raccorder la fibre du client au splitter, (premier schéma ci-dessus), on la met en continuité (soudure ou connecteur spécial) avec une fibre qui remonte au central optique.

Le Point de mutualisation subit, et va subir à l’avenir, de fréquentes interventions de techniciens, susceptibles de faire des erreurs de câblage au moment de raccorder un nouveau client (et donc de couper la ligne d’un autre client, dont une entreprise). Ce risque se retrouve un peu plus bas dans le réseau quand on se rapproche du client, dans ce qu’on appelle une boite de protection des épissures (BPE) ou encore dans la dernière boite avant de tirer la fibre qui raccorde un client, le PBO (point de branchement optique).

Ces équipements à risque font qu’il est difficile pour un opérateur de s’engager sur des garanties de temps de rétablissement court (typiquement 4H00) que seule l’architecture entièrement dédiée aux entreprises qu’est le FttO est en mesure d’assurer. Les propositions actuelles s’affichent à 10 heures.
Les opérateurs planchent actuellement sur des solutions opérationnelles propres à assurer une meilleure qualité de service aux entreprises clientes d’une telle offre FttE : soudure des lignes aux étages intermédiaires du réseau, connecteurs dédiés, espaces dédiés dans les points de mutualisation ou les BPE, cordons optiques de couleurs différentes,…

A ce stade, il n’y a pas encore d’offres FttE publiques. Dans sa dernière analyse des marchés, le régulateur a décidé, bien qu’il ait reconnu que Orange était "puissant sur le marché" du très haut débit, de ne pas imposer à l’opérateur de faire droit aux demandes d’accès activés, c’est-à-dire de proposer une offre de gros à ses concurrents. Il compte sur l’émergence d’un troisième acteur qui dynamisera le marché en proposant ce type d’offre.